Gainbourg Ecrivain

1968 Chansons cruelles (Tchou, 1968)

Première apparition de Gainsbourg en littérature. Dans la même année Claude Tchou éditera les paroles des chansons de Léo Ferré et de Lanzmann-Dutronc.

 

1971 Melody Nelson (ed. Eric Losfeld, 1971)

Eric Losfeld est un éditeur spécialisé dans l´érotisme et le surréalisme, et il ne pouvait rester indifférent aux provocations de Gainsbourg. Reprenant les textes de l´album "histoire de mélody nelson" parue au printemps 71, sera l´unique collaboration entre les deux hommes. Avortée à cause d´une faillite financière due à la censure et aux procès à répétition.
L´album quand à lui sera adapté à la télé par Jean-Christophe Averty en décembre 71.

 

1980 Evguénie Sokolov ( Gallimard, 1980 et Folio, 1985)

 Dès le début des années 80, avec un retour à la scène avec ses musiciens rasta, une version reggae de la marseillaise et une rupture sentimentale avec Jane Birkin replacent Serge
au top des médias. Les éditeurs s´intéressent de nouveau à lui, et la NRF (se souvenant d´un contrat signé six ans auparavant) lui proposera d´éditer Evgénie Sokolov.
Une "autobiographie prise au grand angle" d´après Gainsbourg.

 

1980 Au pays des malices (Le temps singulier/Plasma, Nantes, 1980)

Précédée d´un entretien avec Alain Coelho et complétée par une série d´aphorismes, cette rétrospective en partie chronologique reprend l´essentiel des textes des chansons en maltraitant, malheureusement la période 1958-1965 où de nombreux titres passent à la trappe.
Serge, en 1981, offira à cet éditeur libertaire (qui publiera Le testament phonographe de Léo Ferré) une courte préface pour une intégrale Charles Trénet.

 

1981 Bambou et les Poupées (Ed. Filipacchi, 1981)

Gainsbourg, devenant parfois Gainsbarre aime les femmes. Aussi quand il photographie sa compagne Bambou en plongée et en contre-plongée en 1981 c´est pour mieux la confondre avec ses poupées.

 

1983 Black Out de Serge Gainsbourg et Jacques Armand (Humanoïdes associés, 1983)

Entrepris en 1978, le scénario de Black-out ne fut jamais réalisé. Il donna cependant naissance cinq ans plus tard à une bande-dessinée de Jacques Armand qui avait déjà publié "Les aventures de Gérard Lambert" avec Renaud. Entouré de deux magnifiques créatures ressemblant étrangement à Jane Birkin et à Isabelle Adjani, Serge prête ici ses traits à un scénariste qui, lors d´une panne générale de courant, revit dans sa villa le huis-clos angoissant qu´il vient d´imaginer sous forme de script.

 

1986/92 Gainsbourg par Serge Gainsbourg, Alain Coelho et Franck Lhomeau ( Denoël, 1986/92)

 Profil noir et blanc sur couverture argentée: Gainsbourg n´a pas besoin de s´annoncer.
Le seul point incandescent d´une clope suffit à authentifier une légende que Coelho et Lhomeau s´appliquent à rendre aussi vivante que possible au fil des 190 pages de cet ouvrage très rigoureux. Remanié en 1992, cet ouvrage demeure donc constamment sérieux et documenté avec en prime une incontournable discographie.

 

1987/89 Mon Propre Rôle (Denoël, 1987 tome 1 et 1989 tome 2)

L´équipe gagnante Coelho-Lhomeau récidive l´année suivante en présentant en deux volumes l´intégrale des textes de Serge Gainsbourg, de 1958 à 1987 et y feront même figurer l´entretien publié dans "Au pays des malices"

 

1987 Où es tu Melody? de Gainsbourg et Lusse (Vents d'ouest, 1987)

 Deuxième BD supervisée par Gainsbarre , "Où es-tu Mélody ?" suit à la trace une lolita perverse à souhait à travers la trame de plusieurs chansons extraites de "L´homme à la tête de chou" et "Mélody Nelson". La mise en image de cette histoire a pour auteur un illustrateur de livres pour enfants... ce qui ajoute le piquant indispensable à la réussite de ce genre de livre.

 

1991 Mauvaises Nouvelles des Etoiles ( Le Seuil, 1991)

Reprenant le titre de l´album de 1981 (en fait celui d´un tableau de Paul Klee que Serge Gainsbourg avait choisi pour le journal qu´il s´était toujours promis d´écrire) ce recueil posthume propose vingt textes de chansons connues ou moins connues, ainsi qu´une trentaine de photographies en noir et blanc.
En guise de préface, quelques remarques de Serge sur l´art chansonnier, indigne selon lui de figurer au Panthéon des arts nobles tels que l´architecture, la poésie ou... la peinture:
"Dans un art mineur comme le mien, les tireurs d´élite n'auront jamais que du talent".

 

1994 Dernières Nouvelles des Etoiles (Plon, 1994)

Etablie par Franck Lhomeau, infatigable et méticuleux archiviste de la mémoire gainsbourienne, cette intégrale - "la totale" aurait dit Gainsbarre - recense l'ensemble des textes de Serge Gainsbourg depuis l'époque lointaine où celui-ci déposait timidement ses partitions aux bureaux de la Sacem, sous le pseudonyme de Julien Grix, jusqu'aux heures dorées de la consécration. Un demi-millier de textes de chansons, d'aphorismes, de bouts rimés, en quelque trente-cinq années de cossardisme jouissif ; il fut un formidable jongleur de mots.

Retour à la page d'accueil

Informations trouvées sur A tribute to Serge Gainsbourg

et sur le site officiel de l'artiste